Press "Enter" to skip to content

Ils arrivent pieds nus par la mer

 En octobre 2017, j’embarquai pour la première fois à bord de l’Aquarius, bateau humanitaire sillonnant les eaux internationales au large de la Libye. J'ai été très marquée par la vision de ces personnes qui avaient pris la mer en laissant derrière eux une partie de leur histoire. Nombre d’entre elles ont été récupérées pieds nus, avec pour tout bagage un petit sac plastique contenant l'essentiel de leurs affaires. Pour fuir l'horreur, elles s’étaient entassées dans des embarcations de fortune, s’aventurant en mer, en pleine nuit, bravant le froid, la houle et la peur. La plupart n’avait jamais vu la mer. Après trois semaines de mission, 588 rescapés on été déposé sur la terre ferme, au port de Vibo Valentia, dans le sud de l’Italie. 
Je suis retournée à bord de l'Aquarius en septembre 2018.
Alors que l’Italie avait fermé ports et que l’Aquarius était le dernier bateau civil sur zone, des exilés continuaient de fuir et de se noyer. 58 personnes ont été secourues. Pendant 10 jours nous avons partagé leur quotidien: elles ont fait preuve de patience et de sang froid, dans une mer très agitée, nous empêchant de les débarquer. Elles ont témoigné une impressionnante résilience. 
Cette série d’images, prises à une année d’intervalle, a été guidée par mes émotions premières. J’ai été témoin de l’entraide et de l’humanité qui règnent à bord de l’Aquarius, ainsi que d’un spectacle effrayant qui se déroule loin de tous, en haute mer.